Hannibal Volkoff, Bio & Cv

Préface de « Nous naissons de partout » par Julien Cendres, 2016.

Prémices révolutionnaires

 

 

« Et ceux qui dansaient furent considérés comme fous

par ceux qui ne pouvaient entendre la musique. »

Friedrich Nietzsche

« Nous sommes si jeunes,

nous ne pouvons pas attendre. »

L’Emballage

 

 

Dix ans, déjà, qu’il photographie ses semblables, qu’il les représente.

Observateur et acteur ensemble, Hannibal Volkoff compose à partir de son propre univers, le théâtralise, augmente ce qu’il voit – construit ainsi depuis toujours, cliché après cliché, sa propre mythologie.

Dix ans, déjà, qu’il élabore la fresque d’une génération en rupture, du refus.

Reporter subjectif, Hannibal Volkoff constitue le portrait d’une jeunesse en état d’urgence, indignée, opposant à l’ordre social une résistance excentrique, errante : se jouant des conventions et des codes, des identités et des genres, usant de masques, détournant les signes. Une jeunesse libérée des entraves et des interdits, hors limites, narcissique et dissolue, qui désire ou expérimente par-delà le bien et le mal, à la vie à la mort.

Poétique autant que politique, son regard éclaire un peu de l’encore obscur, met au jour un peu de la nuit.

Il explore et imagine des lieux souterrains dans lesquels sourd une fête idéale, lieux d’exclusion et d’expression libre confondus.

Fauteur de trouble, il opère sur des lignes de fracture, entre ce qui est déjà là et ce dont il nous fait montre, entre intime et spectaculaire, formule l’informulé au mépris de toute censure, révèle le secret.

Provoquer, c’est appeler dehors…

Irrévérencieux, incorrect, il interroge et remet en cause, brave et défie tous les ordres. Révolutionnaire radical, marxiste et christique en un seul, il oppose l’extase et la déshérence aux tenants de la certitude, un art subversif aux principes obsolescents du pouvoir.

Héritier des visions de Bosch et de Goya, de Baudelaire et de Rimbaud, disciple de Bataille au confessionnal et de Proust au bordel, Hannibal Volkoff s’essaie à l’écriture d’un autre regard, d’une beauté décadente et salutaire à la fois.

Attentive aux élans de liberté, à la quête de valeurs nouvelles, son œuvre n’en est pas moins sombre – apocalyptique.

N’y espérons pas l’émergence d’un remplacement quand elle n’est que reconstruction éphémère, un entracte dans le spectacle du monde quand elle en prédit la fin…

 

 

Julien Cendres

Expositions

Dédicace du livre « Nous naissons de partout », Galerie Hors-Champs (75003), juillet 2016
Polyvalent Group Show (75011), mai 2016
Galerie du Chacha (75001), avril 2016

Point Ephémère (75010), février 2016
Galerie 59 Rivoli (75001), janvier 2016
Beaux Arts de Besançon (25000), janvier 2016
Galerie Anouk Le Bourdiec (75003), décembre 2015
Espace Smaaks (75012), novembre/12 décembre 2013

Galerie Hors-Champs (75003), octobre/novembre 2013
Couverture du magazine hors-série Branled, 2013
Dog Eared Gallery (Londres), octobre/novembre 2013
Art In the Flat (75008) le 24 novembre 2012

Galerie Hors-Champs (75003), juin/septembre 2012
Art Croissance (75016), avril 2012
Contribution au livre d’art « Père et Mère », 2011

Boutique éphémère Gaspard Yurkievich (75003), avril 2011
Couverture du roman Des Vies Gâchées, 2010

Espace Pierre Cardin (75001), octobre 2010
Eglise de Saint Maurice (71260), août 2010
Galerie Le Simoun (75002), juin/juillet 2010

Back To Top